Logo

Notre critique du spectacle Hit Parade


Le mercredi 1 février 2017 à 18:54
Publié par Jérémy DEMANGE



Zoom sur un spectacle novateur. Une première mondiale. Un mélange entre réalité et illusion. On peut y voir Mike Brant, Claude François, Sacha Distel ou encore Dalida. Non, ce n'est pas de la magie, mais des hologrammes ! Le spectacle Hit Parade est actuellement à l'affiche du Palais des Congrès de Paris jusqu'au 26 février et s'ensuivra d'une grande tournée en province à partir d'avril. Alors, avant d'y courir, vous voulez notre avis ? On y vient...

Une technologie innovante...

Pour réaliser ce spectacle, le producteur, David Michel, a dû y travailler dur pour réaliser son rêve de voir apparaître sur scène ses idoles. Dans un premier temps, il fallait y convaincre les familles des quatre artistes. Ensuite, après leur accord, il faut passer à la création des hologrammes. Pour cette étape, le producteur a fait appel au studio d'animation français MacGuff, connu mondialement. Et ensuite, il faut préparer la mise en scène, les costumes, les lumières. De plus, s'agissant d'un spectacle musical, il faut y trouver une histoire. Ici, l'histoire est simple : retour en 1975 ! Pendant 1h30, nous sommes spectateurs d'une émission dénommée Hit Parade. Nous assistons donc à une émission de télé durant laquelle de grandes stars de l'époque s'y produisent. Notre rôle : jouer le rôle d'un public passionné et participatif en chantant et dansant sur les plus grands tubes ayant marqué l'histoire de la chanson française.

... Sur le papier !

Prenons place dans la salle du Palais des Congrès. Quelques minutes avant le spectacle, nous y sommes déjà plongés en 75. Nous avons droit à une petite séance de cinéma avec les publicités de l'époque. Mais qu'importe, nous sommes là pour voir les artistes, le show et surtout, les hologrammes. Moteur... Action ! Gérard, dit "Gégé", ainsi que sa jeune équipe de technicien, préparent le plateau pour y accueillir de grands artistes. Une histoire initialement assez légère. Et, hop ! Apparition d'un premier hologramme. Au départ, nous pensons que ce n'était pas vraiment un hologramme. Mais quand Claude François est apparu... Alors, oui, petite déception. Il manquait quelque chose. Une chose inexplicable. Bien que l'ensemble des artistes aient été redessinés à la perfection, la réalité n'y était que partielle. Et surtout, le plus dur, ça a été le solo de Mike Brant. Comment applaudir une personne irréelle ? Heureusement que les danseurs et les musiciens en live (jouent en plus de la musique pré-enregistrée) ont pu rajouter du peps au spectacle.

Un spectacle à voir, par curiosité

En bref, un spectacle musical qui se laisse regarder. Effectivement, ce spectacle orienté hologrammes est une première mondiale. Rares sont les miracles pour une première. En tout cas, c'était un gros risque de la part du producteur de mettre en place un tel spectacle. A l'avenir, peut-être que les hologrammes seront plus réalistes ? L'avenir seul nous le dira. Mais, l'important, c'est de passer un bon moment.




L'actualité, en live, c'est sur Twitter !




Notre sélection musicale de la semaine





Donne-nous ton avis, ça nous intéresse !

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire